14 novembre 2018
investissement-immobilier-maison-secondaire

Maison secondaire : bon investissement ou gouffre financier ?

Acheter une résidence secondaire, un rêve qui trotte souvent dans le coin de la tête des Français. Qui n’a jamais eu le fantasme d’une maison au pied des pistes de ski ou à quelques mètres de la plage. Une maison secondaire, c’est un petit bout de rêve. Un havre de paix qui vient contraster avec le quotidien, un lieu avec la famille, les amis. Une parenthèse. Oui, mais attention à cette image de carte postale. Une résidence secondaire peut aussi vite devenir un cauchemar. Bon investissement ou gouffre financier ?

Ma résidence secondaire, mon rêve

Acheter une résidence secondaire, c’est se faire plaisir. Vous pouvez vous acheter un pied à terre dans cette petite ville de bord de mer dans laquelle vous aimez séjourner, ou encore dans ce village de montagne un peu à l’écart que vous affectionnez. Un achat plaisir, avec un peu moins de rationalité que l’achat d’une maison principale, mais qui doit tout de même se faire en ayant une logique d’investissement. En effet, acheter un bien immobilier seulement pour y passer ses vacances, cela n’a pas de sens.

  • Envisagez votre maison secondaire comme votre future maison principale au moment de la retraite. Elle deviendra votre lieu de vie, et est une « maison de vacances » en attendant, pour quelques années seulement ;
  • Louez votre maison secondaire plutôt que de la laisser close la plupart du temps, et rentabilisez le placement plus rapidement (le marché progresse avec une demande forte).

En ayant cette vision investissement, vous pouvez faire de votre résidence secondaire un placement maîtrisé, et un lieu dans lequel vous aimez venir, revenir, voire vous installer définitivement.

Chère résidence secondaire : le poids des charges

Une maison secondaire, ce n’est pas simplement le prix que vous réglez au cédant ou l’agence immobilière. Avant de signer, intégrez bien dans vos projections l’ensemble des frais de l’achat. Quels sont-ils ?

  • les frais liés au crédit (les intérêts de remboursement) ;
  • les abonnements et charges fixes comme l’eau, l’électricité, l’internet, et les consommations liées ;
  • les impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation) ;
  • les frais pour l’assurance du bien.

À tous ces frais viennent s’ajouter les frais d’entretien mais aussi les factures liées aux réparations que vous devrez effectuer, souvent dans l’année qui suit l’achat. Si le montant des travaux varie d’un bien à l’autre, et est fonction de l’état de la résidence secondaire achetée, les frais d’entretien sont eux généralement compris entre 2 et 5% de la valeur vénale, chaque année.

Ultimes frais, les dépenses de transport pour vous rendre dans votre résidence secondaire. Vous n’y aviez pas pensé ? Si elle se situe à 150km de Paris, le budget est réduit, mais s’il faut faire 800km… la facture grimpe.

Une résidence secondaire n’est pas une aberration financière, mais elle nécessite une réflexion poussée, et une intégration de ce budget « plaisir » à côté des dépenses habituelles. Sans cette préparation en amont, le risque de regretter son choix guette.

 

Investir à Bordeaux dans l’immobilier locatif

Déclarer ses revenus issus d’une location saisonnière facilement

Vous souhaitez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *