14 novembre 2018
placement-financier-art

L’Art dans votre stratégie patrimoniale

Apparue au XIIe siècle, la notion de « patrimoine » (du latin patrimonium, héritage du père) se définit étymologiquement par extension comme l’ensemble des biens hérités de la famille. Il fait donc référence à l’idée de transmission aux générations futures. On dépasse ainsi largement la simple propriété personnelle. De de façon presque instinctive, l’être humain cherche depuis toujours à s’enraciner, à laisser la trace de son passage.Qu’il s’agisse de l’empreinte d’une main sur une paroi, d’un portrait sculpté, ou d’ écrits considérés aujourd’hui comme des œuvres d’art.

L’émoi que procure la fréquentation de la beauté a conduit l’Homme a vouloir s’entourer d’œuvres d’art pour son plaisir personnel, développant ainsi son patrimoine privé.

Investir dans une oeuvre d’art pour diversifier son patrimoine 

Les records de prix atteints par les tableaux de maître sur le marché de l’art lors de ventes aux enchères publiques sont régulièrement relatés dans les médias. Ceux qu’enregistrent les lettres, manuscrits, autographes ou photographies d’époque bénéficient, aujourd’hui encore, d’une médiatisation moindre du fait de leurs natures et de leurs apparitions relativement récente sur le marché.

Cet investissement, bien qu’il ne soit pas particulièrement liquide – mais cela est vrai dans la majorité des investissements car il est parfois nécessaire de garder une ou plusieurs pièces des années avant de les vendre – doit se faire, pour une bonne partie dans le plaisir et l’envie. L’acquisition d’une collection d’œuvres originales, de photographies, de lettres ou de manuscrits se réalise dans le cadre d’une stratégie patrimonial – visant la diversification - ou en tant que collectionneur.

Outre l’aspect stratégique , investir en art est avant tout un investissement plaisir. Votre plaisir réside dans la beauté de la pièce, de son écriture, de sa présentation, de son papier, un plaisir de la magie du toucher, un intérêt pour le personnage illustre qui l’a écrite, ou pour sa valeur marchande qui progresse chaque année. Certains y voient d’ailleurs un placement judicieux et achètent une belle lettre comme ils achèteraient un tableau, mêlant beauté et intérêt patrimonial.

« C’est toujours dans les lettres d’un homme qu’il faut chercher plus que dans tous les autres ouvrages l’empreinte de son cœur et la trace de sa vie », écrivait Victor Hugo.

Comment fonctionnent les fonds communs de placement ?

Vous souhaitez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *