14 novembre 2018
investir-art

Investir en art ? Et si vous osiez…

Qui a dit qu’un placement ne pouvait pas être guidé par le plaisir ? Sortez de la vision des investissements qui doivent uniquement se faire en bourse, ou sur des fonds. Investir dans le vin et les vignobles, les automobiles classiques, ou encore la pierre, recèle une forte dose de plaisir. L’art est un placement plein de jouissance et de délice. Investir en art, c’est se lancer à l’assaut d’actifs de plus en plus prisés. Comment faire de bonnes affaires ? Où aller dénicher des trésors qui prendront de la valeur ? Voici quelques éléments de réponse.

Investir en art, la nouvelle valeur refuge

L’année 2013 a vu le marché de l’art progresser. Selon les données de la société Artprice, le marché des ventes aux enchères publiques d’œuvres d’art dans le monde a atteint un niveau historique, soit 12,05 milliards de dollars (source : lefigaro.fr). S’il on dépasse le cadre des ventes aux enchères, et que l’on y ajoute les antiquités, le chiffre d’affaires grimpe à 47,4 milliards d’euros (source : finart-leblog.com). Vous avez le tournis ? C’est normal, car le marché de l’art est en pleine croissance, bien qu’il n’ait pas encore retrouvé son niveau “d’avant-crise” (2007).  Pourquoi une hausse si dynamique ? Car malgré sa forte volatilité, et le fait qu’il ne soit pas liquide, l’art est actif qui possède l’avantage de ne pas être lié aux fluctuations des marchés financiers. A l’heure où de nombreux investisseurs recherchent des solutions pour diversifier leur patrimoine, et ont envie de « sens » dans leurs placements, l’art apporte une réponse tangible.

Réussir son placement dans l’art

Quel art est fait pour vous ? Sculptures, tableaux, installations ? Art contemporain ou ancien ? Les possibilités sont multiples, et les risques d’y laisser ses économies aussi. Pour faire le bon investissement, il est important de s’entourer, d’avoir des conseils avisés, et ne pas hésiter à prendre du recul pour observer. Un bon moyen de se lancer pour un premier investissement est de rejoindre des fonds communs de placements qui comprennent des œuvres d’art. Vous n’êtes pas le seul propriétaire, mais vous diversifiez votre patrimoine, avec une prise de risque limitée. Si vous souhaitez éviter les fonds, et investir personnellement, alors une multitude de solutions s’offrent à vous. « Le marché de l’art commence à zéro, aux puces par exemple, pour aller jusqu’à plus de 100 millions d’euros » commente Fabien Bouglé, fondateur de Saint Eloy Art Wealth Management. Courez les galeries, les manifestations spécialisées (braderie de Lille, Biennale des Antiquaires, etc.) et allez chercher l’art qui vous convient.

Antiquaires, galeries de design, d’art contemporain, joailliers… partez « à l’aventure » et découvrez des créations originales, des œuvres magistrales, ou plus marginales. Oui, réaliser un investissement dans l’art, ce n’est pas la même chose qu’ouvrir un livret A. Vous devez avoir une dose d’aventurier en vous, et ne pas vous focaliser uniquement sur le rendement. Ce qui doit déclencher l’achat, plus que jamais, est le plaisir de posséder l’art, de le voir, et de le partager.

 

 

Connaissez-vous les G.F.V. ?

Connaissez-vous l’immobilier d’entreprise ?

Vous souhaitez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *