14 novembre 2018
groupement-foncier-viticole

Connaissez-vous les G.F.V. ?

Vous détenez déjà un contrat d’assurance-vie, un compte titres, quelques liquidités sur des livrets ou autres comptes épargne logement… Et vous demandez-vous comment diversifier votre patrimoine ? Ou peut-être êtes-vous simplement un épicurien à la recherche d’un placement dit « plaisir » ? Dans ce cas, les G.F.V. (Groupements Fonciers Viticoles) sont faits pour vous !

Les G.F.V : quoi, comment, combien

Investir en parts de G.F.V., c’est investir dans une partie de vignobles et devenir propriétaire d’appellations prestigieuses françaises. Outre la possibilité de percevoir des bouteilles de vin issues de cet investissement tangible, cela offre des avantages tant sur le plan fiscal que successoral. Nul besoin d’être un grand connaisseur pour gérer ce patrimoine « plaisir », car l’exploitation des vignes est confié à un viticulteur choisi pour sa notoriété, son expérience et son savoir-faire ainsi reconnus, par un simple bail à long terme.

La rentabilité d’un tel investissement tourne autour de 1,50 à 3,50 % en fonction de la notoriété et de la maturité de la propriété. Vous percevez des intérêts (appelés « fermage ») proportionnels au nombre de parts que vous détenez. Néanmoins, vous pouvez également décider de recevoir une rémunération en nature appelée « dividendes en bouteilles ». En cas de cession de vos parts, la plus-value est assujettie au régime spécifique des plus-values immobilières (abattement pour durée de détention au-delà de la cinquième année de détention aboutissant à une exonération totale d’IR au bout de 22 ans pour les cessions réalisées depuis le 1er septembre 2013). La plus-value nette imposable sera taxée au taux de 19 % (avec surtaxe éventuelle dès 50 000 € de plus-values) majoré des prélèvements sociaux au taux de 15,5 % à ce jour.

Autre avantage : une exonération partielle d’ISF ! En effet, la valeur des parts représentatives de votre investissement est exonérée à hauteur de 75 % (dans la limite de 102 717 € et à hauteur de 50 % au-delà de ce seuil) pour autant que vous déteniez ces parts depuis deux ans au moins.

Dernier point de vigilance : n’investissez dans les G.F.V. que pour une petite partie de votre patrimoine, ce placement étant avant tout un investissement plaisir et de long terme.

 

Comprendre la spéculation

Investir en art ? Et si vous osiez…

Vous souhaitez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *